Page d'accueilLes plaques de rue à Saint-Jeannet
Un clic sur les photos équivaut à un retour haut de page

Place Sainte-Barbe
Rue Sous-Barri
Chapelle Saint-Bernardin
Eglise Saint-Jean-Baptiste
Ruelle des Courcoussoun
Place sur le Four
Porte de Contardy
Quartier du Queirard
Rue du Douanier
Porte de la Poudrière
Four à pain
Porte de la Ferrage
Chapelle Saint-Jean-Baptiste
Rue du Treillard
Impasse de l'Hôpital
Notre-Dame des Baous
Rue de la Tour
Lavoir
Rue et place de la Soucare
Chapelle Sainte-Pétronille

    Samedi 17 mai 2014, inauguration des plaques de rue créées à l'initiative de la mairie, de l'office de tourisme et de la bibliothèque de Saint-Jeannet.

    <<...Une vingtaine de plaques, illustrant les principaux lieux d’intérêt du village de Saint‑Jeannet, ont été apposées sur les murs du village durant le printemps 2014.

    Ces plaques, réalisées en métal émaillé, donnent des explications sur les noms et la destination de ces lieux. Elles sont illustrées avec des anciennes photos ou des dessins contemporains.

    Le samedi 17 mai 2014, ces plaques de rue apposées sur les murs du village ont été inaugurées. Le maire a accueilli les personnes présentes et remercié ceux et celles qui ont contribué à la réalisation de ces plaques.

    Ensuite, Marie Royer du service Culture et Tourisme de la mairie a guidé une visite de ces plaques à travers le village, en passant par les différentes chapelles et lieux d’intérêt. Cette visite a débuté sur la place Sainte-Barbe et s’est achevée à la chapelle Sainte-Pétronille dans laquelle nous avons pu pénétrer. Au passage, nous avons pu lire et voir la plupart des vingt plaques en situation...>>

Extrait du site de J-P. Marcé : Saint-Jeannet Reportages.





Place Sainte-Barbe.
Une chapelle du XVIe siècle, érigée hors murs et aujourd'hui disparue, a donné son nom à la place.
Cette place existe depuis 1948, comme l'atteste une inscription sur la pierre centrale du parapet.
Un petit oratoire, dédié à sainte-Barbe, est encore visible.
Le monument aux morts y a été édifié en 1922.

Haut de page






Rue Sous-Barri.
Située dans la ville basse, sous les anciens murs d'enceinte, "barri", en provençal, cette rue rappelle la présence de remparts.

Haut de page





Chapelle Saint-Bernardin.
Ancienne bergerie dans laquelle la confrérie des Pénitents blancs s'était installée en 1645.
On voit encore, dans le mur, des meurtrières* qui servaient à la défense du village.
Dominée par un clocheton construit en 1816, la chapelle s'appuie à la grande tour carrée et crénelée, édifiée en 1667,
qui sert de clocher à l'église paroissiale.
Vendue à la Révolution, elle servit de salle de séance à l'assemblée communale et fut le siège de la société populaire.
Elle a été rendue à sa destination première en 1803.
* A noter que toutes les bergeries possédent des ouvertures en forme de meurtrières. C'est l'idéal pour la luminosité.

Haut de page



Eglise Saint-Jean-Baptiste.
L'église a été construite pour remplacer l'église initiale, qui se trouvait sur l'emplacement du cimetière actuel.
Elle a été inaugurée en 1666.
Construite sur un plan rectangulaire, sans abside ni transept, l'église est toujours marquée par une double influence architecturale,
son choeur à la décoration baroque contrastant avec le reste de l'église, de style provençal.
Elle est placée sous le patronage de saint Jean-Baptiste.

Haut de page


Ruelle des Courcoussoun.
"Courcoussoun" signifie "charançon" (le parasite de la fève), sobriquet donné aux Saint-Jeannois.
En effet, nécessitant peu d'eau pour sa culture, la fève était la base de la nourriture.
L'une des spécialités, encore aujourd'hui, reste la tourte de ce légume, appréciée dans les repas de fêtes.

Haut de page



Place sur le Four.
Anciennement dénommée "le plan du four", elle doit son nom au four à chaux, aujourd'hui disparu, situé sous la placette du panorama,
dont la construction fut décidée en 1636.
La chaux, produite grâce à l'abondance de bois et de calcaire et fabriquée selon les techniques déjà utilisées dans l'antiquité romaine,
a notamment servi à la construction de l'église au XVIIe siècle.

Haut de page

Porte dite "de Contardy".
C'est l'une des quatre portes qui, au XVe siècle, protégeaient le village des invasions et des épidémies.
Seules cette porte et celle de la poudrière existent encore de nos jours.

Haut de page



Quartier du Queirard.
Du provençal "cairat", qui signifie "lieu perché".
Berceau du village, c'est dans ce quartier que s'installèrent, au XIIIe siècle, les premiers habitants.
Les "calades" ruelles en pente typiques des villages provençaux, menaient à la première église paroissiale, aujourd'hui disparue.
Son entrée donnait sur la placette du Saint-Esprit, où se tenait jadis l'assemblée générale des habitants.

Haut de page



Rue du Douanier.
Elle rappelle le temps où Saint-Jeannet était à la limite extrême du royaume de France et village frontière (1380*-1860).
C'est là, certainement que vivaient les douaniers.

* Plus exactement de 1388 à 1760.
Traité du 24 mars 1760 : Art. X : Par le dispositif de l'article précédent, la Provence acquiert les terres de Gattières.

Haut de page



Porte de la Poudrière.
Datée du XVe siècle.
Sans doute, faut-il chercher l'origine de cette dénomination dans les ateliers qui utilisaient le salpêtre pour la fabrication de la poudre.
A partir de 1792, la commune de Saint-Jeannet subit des réquisitions pour soutenir l'armée républicaine
contre les attaques austro-sardes sur le Var et l'Estéron.
En témoigne un décret du 14 frimaire an II, portant création de ces ateliers.
L'urine a également été utilisée dans la fabrication de la poudre à canon.

Haut de page



Four à pain.
Ancien four banal créé en 1848, son activité cessa dans les années 1930.
Il fut reconverti en cinéma après la seconde guerre mondiale.
Après avoir été un lieu de rencontre, puis le siège du conseil municipal, ce bâtiment est aujourd'hui affecté aux associations.

Haut de page



Porte de la Ferrage.
Ouverte en 1758, elle donnait accès aux jardins de la ferrage, "ferrage" signifiant, en provençal, "les terres les plus fertiles"
ou "le lieu où l'on garde le fourrage".
Bien abritées des vents froids, y murissaient de lourdes grappes de Saint-Jeannet tardif, gros raisins blancs verdâtres,
dorés à maturité et récoltés en hiver.
Ce raisin se trouvait sur les tables des grands hôtels de la Côte d'Azur, faisant la renommée du village.

Haut de page



Chapelle Saint-Jean-Baptiste.
Elle fut construite par les Pénitents noirs de 1739 à 1753.
Sous l'ancien dallage, reposent un certain nombre de notables.
Elle présente une voûte en plein cintre et une abside en cul de four.
Cette dernière est ornée d'une fresque représentant la décollation de saint Jean-Baptiste, surmontée de la colombe du Saint-Esprit.
Rénovée en 2012, elle est aujourd'hui salle communale.
Fresque représentant la décollation de saint Jean-Baptiste.

Haut de page





Rue du Treillard.
Cette dénomination rappelle les nombreuses treilles où s'accrochait la vigne - souvent de la "clairette"- et, à partir du XIXe siècle, du Saint-Jeannet tardif.
Devant chaque maison, grimpait un cep, pour former le long de la facade de fraîches marquises naturelles.
Dans des bocaux remplis d'eau, on mettait un morceau de charbon de bois pour éviter l'altération du liquide et on y piquait le sarment de vigne.
La grappe, restant à l'extérieur, se conservait jusqu'à Noël.

Haut de page



Impasse de l'Hôpital.
Au bout de la rue Saint-Claude, l'ancien hôpital Saint-Jacques hébergeait les miséreux et vagabonds de passage.
On distingue encore la porte et la clé de vôute, datée de 1679.

Haut de page



Notre-Dame des Baous.
Appelée successivement "Notre-Dame de Miséricorde", "du Peuple" et "des Champs",
cette chapelle fut édifié à la fin du XVe siècle.
L'ancien porche, rajouté en 1878, a été comblé sur les côtés pour empêcher les bugadières revenant de laver leur linge à la Cagne de "cancanner".
Le clocher fut transformé en 1950 et la cloche installée en 1960.
Un petit bénitier est toujours présent sous la fenêtre de gauche.

Haut de page



Rue de la Tour.
Cette rue, bordée de maisons anciennes, semble avoir été tracée le long de l'enceinte du village.
La tour située à l'angle, dite "tour sarrazine", est en fait un élégant colombier dont les assises reposent sur un bloc caractéristique de pierre
appelée "brèche de Saint-Jeannet".

Haut de page



Lavoir.
Edifié à la fin du XIXe siècle, époque où, enfin, l'eau monta jusqu'au village.
Ce fut un grand progrès pour les lavandières, qui n'étaient plus obligées de se rendre aux sources
ou à la rivière pour faire la lessive ou "bugado".

Haut de page



Rue et place de la Soucare.
Cet ensemble constitue ce qu'on appelle parfois, encore aujourd'hui, "le quartier des masques", où se réunissaient jadis,
dit-on, les sorcières, nombreuses, dans ce pays.
Le mot "soucare" trouve peut-être son origine dans le provençal "souco", signifiant "la souche" et "la vigne adulte".

Haut de page



Chapelle Sainte-Pétronille.
Edifiée au XIe siècle avant la création du village, elle fut rénovée une première fois au XIXe.
Dédiée à Sainte-Pétronille, elle était le centre d'un pélerinage organisé tous les ans, en mai.
Cette fête correspondant malheureusement à la période de cueillette de la fleur d'oranger, elle fut peu à peu délaissée.
La chapelle étant très dégradée, sa décoration en fut confiée, en 1973, au peintre belge Charles Delporte, qui fit don de ses oeuvres à la commune.

Haut de page