Patrimoine campanaire
Un clic sur les photos équivaut à un retour haut de page

Cloches et clochers de Saint-Jeannet

Généralités

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste et ses 4 cloches
Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste (1666)
Historique Le clocher L'horloge Plan cadastral
Cloche 1 (1866)
Côté Place de l'Eglise
Cloche 2 (1852)
Côté Rue de l'Eglise
Cloche 3 (1866)
Côté Place sur le Four
Cloche 4 (1908)
Côté Ruelle des Courcoussoun

Les chapelles et leurs cloches

Chapelle Saint-Bernardin
1645
(cloche de 1832)
Chapelle Saint-Jean-Baptiste
1753
(cloche de 1818)
Chapelle N-D des Champs
fin du XVe
(cloche baptisée en 1960)
Chapelle Sainte-Pétronille
mentionnée en 1603
(cloche de 1844)

Divers

Les anciens moutons

Les prises de vues

Le village depuis le clocher

Ecouter les différentes sonneries

Haut de page


Généralités

La cloche du côté de la Place de l'Eglise. (cloche 1)
Elle sonne les heures (de 7h00 à 20h00) et les répète 2'30'' plus tard.
La sonnerie de 7h30 est remplacée par l'angélus.
Cela représente tout de même 225 coups !, en comptant les 27 coups de l'angélus. (tintement)

Elle annonce la messe à 10h31 et 10h55.
Elle est secondée par la (cloche 2) à 10h31 (volée) et par les (cloches 2, 3 et 4) à 10h55. (tintement)

Elle sonne l'Angélus à 7h30, 12h05, et 19h05 en semaine et 8h05, 12h05 et 19h05 le dimanche.
L'angélus
*, est une série de trois tintements suivi d'une pleine volée; remplacée depuis peu par 17 coups. (tintement)

* L'angélus est une prière qui tire son nom de son premier mot latin : "Angelus domini nuntiavit Mariæ"
   Les trois tintements de la cloche représentent les trois versets de la prière.
   V : Versicule prononcé par l'officiant, R : Répons, réponse des fidèles.

V : Angelus domini nuntiavit Mariæ, - L'ange du Seigneur apporta l'annonce à Marie,
R : Et concepit de Spiritu Sancto Et elle conçut du Saint Esprit.
Ave Maria... Je vous salue Marie...

V : Ecce Ancilla Domini. - Me voici la servante du Seigneur.
R : Fiat mihi secundum Verbum tuum Qu'il me soit fait selon votre parole.
Ave Maria... Je vous salue Marie...

V : Et verbum caro factum est. - Et le verbe s'est fait chair.
R : Et habitavit in nobis. Et il a habité parmi nous.
Ave Maria... Je vous salue Marie...

Haut de page


Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste (2 photos)

Clocher de l'église et clocher de la chapelle Saint-Bernardin.
Sur cette photo, on aperçoit trois cloches :
- dans le clocher de l'église, à l'ombre la cloche Xaverine-Marguerite et au soleil, la cloche paroissiale au dessus de l'horloge.
- dans le clocher de la chapelle Saint-Bernardin, la cloche dédiée à Saint-Bernardin.

Haut de page

Vue d'ensemble de la Place de l'Eglise. (Photo Marc Sartori)

Haut de page


Les différentes sonneries

Au fil du temps les sonneries changent.
Ainsi à un moment la volée de la cloche 1 (place de l'Eglise) a été remplacée par des tintements. (voir ci dessous affreux !)

Ceci afin de ne pas endommager le filet ayant été tendu à l'intérieur du clocher pour éviter la présence de nombreux pigeons !
Et depuis quelques temps l'angélus est sonné par la cloche 2 (rue de l'Eglise) tintement et volée.

Premier appel à la messe le dimanche à 10h32'30'' (3'10'') cloches 1 et 2 (volée)

Appel à la messe 1


Deuxième appel à la messe le dimanche à 10h55 (1'34'') cloches 1, 2, 3 et 4 (tintement)

Appel à la messe 2


Deuxième appel à la messe les dimanches de fêtes à 10h50 (22'') cloche 2 (volée)

Appel à la messe 2 Toussaint


Sortie du dimanche de Pâques 12h20 (1'33'') cloches 1 et 2 (volée) + 3 et 4 (tintement)

Sortie messe dimanche de Pâques


Angélus (1'34'') cloche 1 (tintement et volée) angélus cloche 1 avec volée.

Angélus cloche 1


Angélus (1'52'') cloche 2 (tintement et volée) angélus cloche 2 avec volée.

Angélus cloche 2


Angélus (1'20'') cloche 2 (tintement des 3 Ave) et tintement cloche 1 nouvel angélus sans volée : affreux !

Angélus sans volée


Sonnerie de 10h00 (21'') cloche 1 (tintement)

Sonnerie de 10 heures


Sonnerie de 10h30 (19'') cloche 1 (tintement) enregistrement depuis la Place de l'Eglise

Sonnerie de 10 heures 30


Glas (58'') cloches 1, 2, 3 et 4 (tintement)

Glas


Tocsin (54'') Commémoration du centenaire de la mobilisation de la première guerre mondiale. (1/08/2014-16h00) cloche 2 (tintement)

Tocsin


Cloche de la chapelle Saint-Jean-Baptiste (44") (volée)

Volée à Saint-Jean-Baptiste


Cloche de la chapelle Sainte-Pétronille (14") (volée)

Volée à Sainte-Pétronille


Cloche de la chapelle Notre-Dame des Champs ou des Baous (21") (volée)

Volée à Notre-Dame


Vous pouvez à l'aide de ces lecteurs, lancer la lecture, faire la pause, voir les renseignements (?), augmenter ou diminuer le son.

Seules, les cloches côté Place de l'Eglise et côté Rue de l'Eglise (les deux plus grosses) ont un volant permettant la volée.
Les 4 cloches sont équipées d'un électro-tintement.

Notes

Cloche 1 (1866)
Côté Place de l'Eglise
Cloche 2 (1852)
Côté Rue de l'Eglise
Cloche 3 (1866)
Côté Place sur le Four
Cloche 4 (1908)
Côté Ruelle des Courcoussoun
Si La Mi Ré #

Haut de page


Historique

- Novembre 1644 : <<...La première difficulté éclata en novembre 1644. La grande cloche s'était fêlée la veille de la Toussaint*. Les Consuls, comme ils attribuaient cet accident "à la négligence du sieur Vicaire", firent dresser contre lui, par l'avocat de la Communauté, une sommation de réparer que lui signifia Me Baussy, notaire du lieu... Dans cette pièce, outre la réclamation relative à la refonte de la cloche, il est formellement accusé d'avoir gardé par devers lui diverses sommes qu'il devait employer aux réparations de l'église... Des délégués du Conseil furent soumettre cet acte à Mgr Godeau et à son vicaire général Barcillon. Mais ceux-ci leur déclarèrent que Mr Fabry** s'engageait simplement "à nourrir les maistres" qui refondraient la cloche et à faire recouvrir l'église...
...Et faisant droict à la requeste du 26 may 1646 donnée par lesd. Consuls par devant Monsieur le Lieutenant, disons que la cloche rompue doibt estre refaicte et reparée, et pour la resfection d'icelle, lad. Communauté doibt contribuer les deux tiers de ce qu'il en costera, soit au mestre ou pour la matière qu'il y conviendra employer, la faisant de la mesme grandeur qu'elle estoit, et led. sieur Vicaire l'autre tiers...>>

** Barthélémy Fabry Vicaire perpétuel (1639-1677)

(d'après J.E. Malaussène pages 284,285, 286 et Notes page 394)

* Les cloches avaient une sorte de personnalité ; depuis des siècles, on les baptisait solennellement, on leur donnait des noms de saints qu'on fondait en caractères saillants sur leur face extérieure... Aussi lorsqu'elles étaient brisées, et cela arivait souvent par suite de l'inexpérience et de la vivacité des sonneurs, les habitants se cotisaient entre eux, ils faisaient venir le fondeur qui opérait sur place pour éviter les frais de transport.

(Babeau, Le village, l. cit. 1. II, ch.1er.)

- 28 juin 1666 : <<...Le clocher, constitué par une grande tour carrée de vingt mètres de hauteur, fut mis aux enchères pour la première fois le 28 juin 1666 aux conditions ci-après :
"Il sera carroy et de huitante pans de hauteur de terre et les quantous et fruistrages seront de pierres coupées".
L'adjudication en fut passée le 3 avril 1667, au profit de Pierre Seignoret, maçon du lieu, pour le prix de 585 livres...
Le clocher crénelé renferme l'horloge communale et est meublé de quatre cloches...>>

(d'après J.E. Malaussène pages 308 et 310)

- Octobre 1684 : <<... M. Barth. Fabry mourut en 1677. Successeur de son oncle, il fut remplacé à son tour par son neveu, Jean Fabry*... En octobre 1684, les Consuls durent cependant lui représenter "d'avoir le même zelle qu'aux autres pars du diocèse, de faire sonner la cloche pendant l'eslévation du Saint-Sacrement de la grande messe, les deux cloches à trignon, un peu avant la bénédiction, à la fin de la grande messe du troisième dimanche, afin que le public y puisse accourir et ceux qui ne pourront, se mettre en dévotion"...>>

* Jean Fabry Vicaire perpétuel (1677-1717) décédé le 24 mars 1720.

(d'après J.E. Malaussène page 289)

- 1724 : <<...Sur ces entrefaites, le refus du sieur Vicaire* de contribuer à une nouvelle refonte de la grande cloche**, opérée par le maître-fondeur Bonne, avait fourni matière à un second procès...>>

* Louis-Joseph Laugier Vicaire perpétuel (1717-1762) décédé en septembre 1767, âgé de 85 ans.

** Peu de temps après la refonte de celle-ci, la confrérie de Saint-Joseph ayant voulu s'offrir une petite cloche pour sonner, lorsqu'il y aurait des agonisants, le Conseil lui fit don d'un rup de métal restant de la grande.

(d'après J.E. Malaussène pages 292 et 396)

- Juillet 1766 : <<... Au mois de juillet 1766, la réfection de la grande cloche reparaît pour la troisième fois à l'ordre du jour. "Une troupe d'enfants qui sonnèrent plus qu'à l'ordinaire", l'avait rompue en août 1759. Un sieur Jacques Gaspardini, de nationalité piémontaise, en opère la refonte, en y ajoutant un vieux chaudron à cuire des fèves provenant de la confrérie du Saint-Esprit. Ainsi refondue, la cloche pesa six quintaux et demi*. Mais, comme par un inévitable destin, trois lustres ne s'étaient pas écoulés qu'il fallut à nouveau la mettre en fusion...>>

* <<...La commune dut verser à l'ouvrier 3 liv. par rup de métal pour la façon, lui fournir la matière première, les briques, la terre pour le moule, le bois et le charbon pour la refonte et la cire pour la gravure. Elle eut, en outre, à sa charge la boiserie et la ferrure nécessaires pour la mise à branle...>>

(d'après J.E. Malaussène pages 293 et 396)

- 23 juillet 1793 : <<...La convention décrète qu'il ne sera laissé qu'une seule cloche dans chaque paroisse et que toutes les autres seront mises à la disposition du conseil exécutif qui sera tenu de les faire parvenir aux fonderies les plus voisines, dans le délai d'un mois pour y être fondues en canon...>>

- Septembre 1793 : <<... En septembre 1793, on fit descendre toutes les cloches de l'église et des chapelles, pour les envoyer à la fonderie...>>

(d'après Georges Carrot "Saint-Jeannet Village de Provence" page 102)
Collection de monographies d'histoire locale Grasse 1977

- 20 octobre 1793 : <<...Le 20 dudit mois , les Maires, Officiers municipaux et Procureur se rendent à la chapelle appartenant à la ci-devant confrérie des Pénitents blancs. Ils en font enlever la cloche qui est portée à la maison commune, où on constate qu'elle est du poids de 3 rups 9 livres et qu'il y est écrit par dessus ces mots : "Ave Maria gratia plena Dominus tecum. 1691." Ensuite, ils vont à la chapelle Saint-Claude, où ils trouvent également une cloche pesant 3 rups 8 livres, avec cette suscription "Te Deum laudamus. 1693. F.C.F." Enfin, ils font également descendre la cloche de la chapelle des ci-devant Pénitents noirs, du poids de 5 rups 11 livres, sur laquelle est gravée cette mention : "Mater misericordiæ, Sancti Johannes Baptista. P. Trastour, chanoine, 1755. L. Laugier*, vicaire. F.-L.-D. Mazille, capitaine au régiment de Joyeuse." A ces cloches, on adjoint deux clochettes, celle des Pénitents Blancs pesant 5 livres 1/2, et celle des Noirs, 7 livres. Peu de temps après, la grande cloche de l'église, qui avait été refondue en 1766, est aussi envoyée au District, chargé de les transmettre aux fonderies voisines pour les transformer en canons...>>

* Louis-Joseph Laugier Vicaire perpétuel (1717-1762) décédé en septembre 1767, âgé de 85 ans.

(d'après J.E. Malaussène pages 265 et 266)

<<... On voit dans le clocher de la paroisse la cloche de la première église de 1492...>>

(d'après l'abbé Eugène Tisserand, Histoire de Vence page 284)
Paris Librairie d'Eugène Belin, 52 rue de Vaugirard 1860

<<...Relevé des transformations et réparations, faites dans le Registre paroissial, dont nous sommes redevables à M. l'abbé Bérenger* :

- 1852. -Achat de la grande cloche du poids de 500 kilog., d'une valeur de 1.700 francs.

- 1867. -Achat d'une seconde grande cloche avec le capital d'un legs de 1000 francs fait par feu J.-B. Rostan, avocat. En même temps, le Conseil de fabrique, désireux de posséder une sonnerie plus complète pour former le carillon et rehausser ainsi les solennités du culte, fait l'emplette d'une petite cloche avec le produit de la vieille cloche fêlée, mentionnée par Tisserand comme étant celle de la première église de 1492.

- 1869. -Restauration du clocher au moyen d'une allocation de 250 fr. accordée par le préfet Gavini et de pareille somme votée par la fabrique.

- 1908. - Réfection de la cloche de Saint-Joseph...>>

* Bérenger Eugène desservant (1891-1907).

(d'après J.E. Malaussène  Notes pages 398 et 399)

Haut de page

La maison neuve sur la place (François Cali)

François Cali dans la déposition de Sophie, Marie, Suzanne Garnier née Pascalis de la Chaup (1784-1849) :

<<...Je me dispenserai de vous dire comment nous passons le temps à Saint-Jeannet, nous allons nous casser les jambes sur les pierres qui nous environnent, c'est ce que nous appelons la promenade, pour rentrer harassées à ce que ces MM. Euzière appellent leur hôtel, où nous sommes assourdies par le bruit des cloches, angélus, messes, vêpres ou glas, ce n'est jamais fini...>>

(d'après François Cali -Histoire d'une maison de village en Provence du 18e au 20e siècle-
La maison neuve sur la place Hachette littérature pages 71 et 72)

A noter : avant que les cloches deviennent silencieuses la nuit,
cela représentait tout de même 363 coups !, en comptant les 27 coups de l'angélus. (tintement)

François Cali dans la déposition de Marie, Cécile, Sophie Euzière née Garnier (1817-1898) :

<<...L'inauguration, l'été 1867, des nouvelles cloches dans le clocher et la visite de l'évêque et de son train m'avaient fait mesurer l'état misérable de la maison...>>

(d'après François Cali -Histoire d'une maison de village en Provence du 18e au 20e siècle-
La maison neuve sur la place Hachette littérature page 136)

<<...Le curé Saluzo allait et venait entre les joueurs en lisant son bréviaire, s'interrompait pour répondre aux femmes venues puiser à la fontaine, une brassée de fleurs ou un sceau sur la tête. Un vieux curé paysan qui connaissait les herbes, les chemins, les gens dans la langue d'ici, récoltait le miel des abeilles sauvages sous les tuiles de son église, les biens des vieilles filles sur leur lit d'agonie et savait encore rythmer cette vie arriérée en tirant lui-même les cordes des cloches, en sonnant le midi, le matin et le soir des Angélus faits main, comme le pain... Et ce n'était pas du cinéma, ce n'était pas encore du culturel, comme ces cloches qui appellent mécaniquement, à l'aurore, à une messe où personne ne va, et ce clair de lune perpétuel sur le clocher par le moyen de projecteurs de thêatre...>>

(d'après François Cali -Histoire d'une maison de village en Provence du 18e au 20e siècle-
La maison neuve sur la place Hachette littérature pages 244 et 245)

Haut de page

Le pays de Vence (François Cali)

<<...Standard, le travail est aujourd'hui exécuté électriquement. On ne sait plus sonner un glas à la mesure du temps et du mort, un coup pour l'enfant, deux pour la femme, trois pour l'homme, doux ou violent sur le ciel lourd. Le dernier qui sut ici donner de la main à chacun son dû dans la mémoire de sa vie fut le vieux curé Salluso...>>

(d'après François Cali -Le pays de Vence-
Arthaud page120)

Haut de page


Le clocher (2 photos)

Le clocher vu depuis la rue du Planestel.
Une cinquantaine de marches assez irrégulières permettent d'accéder au niveau des cloches.

    - 1666 <<...Le clocher, constitué par une grande tour carrée de vingt mètres de hauteur, fut mis aux enchères
pour la première fois le 28 juin 1666 aux conditions ci-après :
"Il sera carroy et de huitante pans de hauteur de terre et les quantous et fruistrages seront de pierres coupées".
L'adjudication en fut passée le 3 avril 1667, au profit de Pierre Seignoret, maçon du lieu, pour le prix de 585 livres...>>

    - 1791 <<...Quelques temps après , le 28 août, certains citoyens, révolutionnaires particulièrement passionnés, réclamèrent la démolition des créneaux du clocher de la paroisse, sous le prétexte qu'ils sont plutôt signes d'aristocratie que d'ornement...>>

(d'après J.E. Malaussène pages 260, 308 et 310)

   <<...Le clocher est une tour carrée, de 20 mètres de haut, terminée par des créneaux, qu'on voulut abattre, sous la Révolution; comme étant un signe d'aristocratie. Sa base sert de sacristie, il renferme l'horloge communale et est meublé de 4 cloches, toutes en bon état, depuis que nous avons fait refondre la plus petite, en 1908...>>

(d'après Combe Théodore-Noël-Rémy curé de Saint-Jeannet en 1907 : "Monographie de l'église" de Saint-Jeannet) 1912

Haut de page

Sur cette ancienne photo (date et auteur inconnus), on aperçoit l'ancien cadran de l'horloge,
ainsi que le mouton de la cloche côté Saint-Bernardin fait par Marcellin Allary.

    <<...Autrefois, il n'y avait qu'une lampe sur la place de l'église de mon village. Suspendue à un cable tendu entre deux murs, elle battait, les nuits de vent, à faire peur, balançant de grandes ombres. Un maire, nouveau riche de l'électricité, voulut des lampadaires et des projecteurs, et ce fut, toute l'année, le clair de lune. Il voulut pire, une horloge lumineuse sur le clocher, une horloge de chef de gare, un grand oeil jaune dont Ribemont-Dessaignes me fit remarquer qu'il ne quittait pas notre alcôve du regard. Il fallut un nouveau maire au goût moins électrique, pour la faire enlever...>>

(d'après François Cali
Le Pays de Vence Arthaud page 55)

Haut de page


L'horloge (4 photos)

L'ancienne horloge.
On aperçoit en gris le nouveau mouvement électrique.
(suite, voir photo suivante)

Conducteur de l'horloge.    <<...Le salaire du conducteur de l'horloge fut toujours de 12 livres. En 1670, c'est un maître-charpentier, du nom de François Remusaty, qui a charge d'en remonter le poids...>>

(d'après J.E. Malaussène page 110)

Haut de page

L.D.ODOBEY CADET
HORLOGER-MECANICIEN
A MOREZ (JURA)
Louis-Delphin Odobey (1827-1906)
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Cadran de l'église à 10h24.
Les aiguilles ainsi que les repères ont été forgés par Marcellin Allary.

Registre des Délibérations du Conseil Municipal en date du 8 juillet 1965 :
    <<...Le Maire (Eynard Louis) informe le Conseil Municipal, qu'après étude faite avec les membres de la Commission des Si... il a demandé à plusieurs artisans locaux d'établir un devis, tendant à modifier le cadran actuel de l'horloge et le remplacer par des caractères en fer forgé.
    Ces caractères seraient appliqués directement sur le mur de l'Eglise, pour garder au clocher son authenticité.
    Propositions reçues :
    1 Mr Jean PASSERON à Vence pour un montant de 764
    2 Mr Marcellin ALLARY à ST JEANNET     "     de 656
    3 Entreprise SCANAVINO à ST JEANNET en ce qui concerne la maçonnerie qui implique obligatoirement l'édification d'un échafaudage pour un montant de 700 f
    Après en avoir délibéré le Conseil Municipal décide de confier les travaux aux artisans ci-après :
    Marcellin Allary pour un Total de ....656
    Entreprise SCANAVINO "  "  " .... 700...>>

(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Centrale de commande Bodet Opus 4.
Cette centrale est installée dans la sacristie et permet de piloter les 4 cloches (volée, tintement, carillon)
Elle est synchronisée par antenne radio ; vous pouvez régler vos montres sur le tintement horaire !
Il était 9h02:24 ce mardi 23 Octobre 2012 et la prochaine sonnerie programmée est l'Angélus Mar 23/10 à 12h05.

Haut de page


Plan cadastral

Plan cadastral du village avec ajout des clochers et des cloches.
J'ai choisi arbitrairement de donner un numéro d'ordre aux cloches dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.

Haut de page


Eglise paroissiale ; cloche côté Place de l'Eglise (cloche 1) 1866 (9 photos)

Cette cloche, rythme la vie du village en sonnant les heures et l'angélus.
Sa hauteur est de 70 cm et son diamètre de 73 cm. Elle date de 1866.
Son mouton en bois a été refait par l'entreprise Bodet en 1996.
Elle peut être mise en volée et tinter grâce au marteau latéral.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Gros plan sur les tirants fixant les anses au mouton.
On peut lire sur le haut du mouton :
BODET ± 1996
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Sous les anses décorées de la couronne,on peut voir le cerveau avec en motif des feuilles d'acanthe.
Sur les quatre lignes du haut de la cloche, seule la première ligne comporte une inscription :
DON DE MR JEAN BAPTISTE ROSTAN, AVOCAT, NATIF DE ST JEANNET

    <<...1867. -Achat d'une seconde grande cloche avec le capital d'un legs de 1000 francs fait par feu J.-B. Rostan, avocat...>>

(d'après J.E. Malaussène  Notes pages 398 et 399)
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Acte de naissance de Jean-Baptiste Rostan le 11 février 1819 à huit heures du matin.
Fils de Rostan Jacques, agriculteur agé de vingt neuf ans
et de Pellet Marie son épouse, sans profession agée de vingt un ans, tous domiciliés au dit Saint-Jeannet.

    <<...Extrait des Archives départementales Cg06.fr/Généalogie/Etat civil/Naissances Mariages Publication de mariages Décès 1814 à 1826 page 194/515 et Publications de mariages des parents page 15/515...>>

La page du mariage des parents de Jean-Baptiste Rostan est absente...
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Sur cette photo prise de l'extérieur du clocher, on peut voir sous le crucifix tenu par deux anges, deux lignes.
Seule la première ligne comporte une inscription :
BURDIN AINE FONDEUR A LYON 1866*
* Cloche réalisée en 1866 par Jean-Claude III Burdin, qui de 1863 à 1880 signe ses oeuvres sous le nom de "Burdin Aîné"
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Détail du crucifix avec les anges.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Au dessus des deux lignes du bas de la cloche, on trouve quatre figures tous les 90°
Crucifix à l'extérieur, Saint Jean-Baptiste (photo), Vierge et Saint-Joseph.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Saint-Joseph portant un rameau de fleur de lys.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Moteur de volée.
(fin de la description de la cloche n° 1)

Haut de page

Eglise paroissiale ; cloche côté Rue de l'Eglise (cloche 2) 1852 (7 photos)

La plus grosse cloche du clocher.
Sa hauteur est de 85 cm et son diamètre de 87 cm. Elle date de 1852.
Son mouton en bois a été refait par l'entreprise Bodet en 1996.
Elle peut être mise en volée et tinter grâce au marteau latéral.

    <<...1852. -Achat de la grande cloche du poids de 500 kilog, d'une valeur de 1700 francs...>>

(d'après J.E. Malaussène  Notes pages 398 et 399)
Les "anciens" du village l'appellent "Marianne".

(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Détail des anses de la couronne et des feuilles d'acanthe du cerveau.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Détail de la décoration de la panse. Guirlande de lauriers (?)
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Sur cette photo prise de l'extérieur du clocher,
on aperçoit trois lignes en haut de la cloche, seule la troisième ligne comporte une inscription :
VEUVE MONTEILHET 1852
Et en dessous, le crucifix tenu par deux anges.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

VEUVE MONTEILHET 1852
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Gros plan sur le crucifix. Il est identique à la cloche 1.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Au dessus des deux lignes du bas de la cloche, on trouve trois figures tous les 90°, une figure est absente.
Crucifix à l'extérieur (photo précédente), Saint Jean-Baptiste (photo), et Vierge à l'enfant.
Sur les deux lignes :
SANCTE JOANNES BAPTISTA        et      SANCTA MARIA
             ORA PRO NOBIS                             ORA PRO NOBIS
Le nom du fondeur n'est pas inscrit sur la cloche, mais il est vraisemblable que ce soit
Jean-Claude III Burdin (Burdin Aîné) comme la cloche n° 1,
les feuilles d'acanthe, Saint Jean-Baptiste et le crucifix sont identiques.
(fin de la description de la cloche n° 2)

Haut de page


Eglise paroissiale ; cloche côté Place sur le Four (cloche 3) 1866 (6 photos)

L'une des petites cloches du clocher.
Sa hauteur est de 55 cm et son diamètre de 58 cm. Elle date de 1866.
Son mouton en fer a été refait par Marcellin Allary et Diano en 1954.
Elle peut tinter grâce au marteau latéral et ne peut pas être mise en volée.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Sur le ciment on peut voir : ALLARY/DIANO 1954 agrandissement dans le petit cadre en bas à droite.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Sous le cerveau finement décoré on peut voir les trois lignes du haut de la cloche,
seule les deux premières lignes comportent une inscription :
Ligne1
: M.M ROSTAN-CURE TRASTOUR-MAIRE TRASTOUR,
EUZIERE,TRASTOUR,EUZIERE,NIRASCOU
suivi d'une main et d'une petite croix.
Ligne 2
: FABRICIENS*

    - 1867. <<...En même temps, le Conseil de fabrique, désireux de posséder une sonnerie plus complète pour former le carillon et rehausser ainsi les solennités du culte, fait l'emplette d'une petite cloche avec le produit de la vieille cloche fêlée, mentionnée par Tisserand comme étant celle de la première église de 1492...>>
    - 1869. <<...Restauration du clocher au moyen d'une allocation de 250 fr. accordée par le préfet Gavini et de pareille somme votée par l
a fabrique...>>

(d'après J.E. Malaussène  Notes pages 398 et 399)

* Le mot "FABRICIENS" correspond-t'il aux termes Conseil de fabrique ou la fabrique ?
    <<...La fabrique, au sein d'une communauté paroissiale catholique, désignait un ensemble de "décideurs" (clercs et laïcs) nommés pour assurer la responsabilité de la collecte et l'administration des fonds et revenus nécessaires à la construction puis l'entretien des édifices religieux et du mobilier de la paroisse : église(s), chapelle(s), calvaire(s), argenterie, luminaire(s), ornement(s), etc...>>

(source : Wikipédia)
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Ligne 1 : M.M ROSTAN-CURE TRASTOUR-MAIRE TRASTOUR,
EUZIERE,TRASTOUR,EUZIERE,NIRASCOU
Ligne 4 : BURDIN AINE FONDEUR A LYON 1866
    <<...Trastour Jean-Jacques-Auguste, Maire depuis le 4 septembre 1865,Trastour Antoine-Désiré Adjoint
Rostan Théodore-Paulin, Desservant de 1849 à 1891... décédé à Saint-Jeannet le 20 mars 1891 à l'age de 79 ans.>>

(d'après J.E. Malaussène pages 101, 301 et 303)
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Au milieu du rinceau du bas, on peut voir un crucifix et à l'opposé, visible uniquement de l'extérieur une vierge.
Sur les 2 lignes en bas de la cloche, seule la première ligne comporte une inscription :
BURDIN AINE FONDEUR A LYON 1866*
* Cloche réalisée en 1866 par Jean-Claude III Burdin, qui de 1863 à 1880 signe ses oeuvres sous le nom de "Burdin Aîné"
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Détail de la vierge à l'enfant.
(fin de la description de la cloche n° 3)

Haut de page


Eglise paroissiale ; cloche côté Ruelle des Courcoussoun (cloche 4) 1908 (9 photos)

La plus petite cloche du clocher.
Sa hauteur est de 55 cm et son diamètre de 55 cm. Elle date de 1908.
Elle peut tinter grâce au marteau latéral et ne peut pas être mise en volée.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Dans le mur, un graffitti R R 1908, agrandissement dans le petit cadre en bas à droite.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Détail des anses.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Sous la décoration du cerveau par des feuilles d'acanthe, on peut voir deux lignes.
Ligne 1 :
JE M'APPELLE XAVERINE-MARGUERITE ET JE SONNE LES JOIES ET LES DEUILS*
Ligne 2 : R.COMBE CURE
et dessous : 1908

    * <<... Du nom de son parrain Xavier Euzière et de sa marraine Marguerite Maliver ...>>

d'après Françoise et Caroline Chambon "Saint-Jeannet-Village de Mémoire d'hommes" page 243 (Serre Editeur)
(suite, voir photo suivante)

    <<...Ce fut, en effet, le 22 mars 1908, qu'eut lieu le baptême de « Xavérine-Marguerite », ainsi appelée du nom de son parrain, le regretté colonel Xavier Euzière et de celui de sa marraine Melle Marguerite Maliver. M. le Vicaire-général Iauch, délégué par Monseigneur l'Évêque, vint présider cette belle cérémonie dont les habitants de Saint-Jeannet se souviennent toujours avec plaisir...>>

(d'après Combe Théodore-Noël-Rémy curé de Saint-Jeannet en 1907 : "Monographie de l'église" de Saint-Jeannet) 1912

Haut de page

Trois figures espacées de 120° ornent le bas de la cloche.
St-JOSEPH sur un socle portant une fleur de lys.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Ligne 1 : JE M'APPELLE XAVERINE-MARGUERITE ET JE SONNE LES JOIES ET LES DEUILS
Ligne 2 : R.COMBE CURE
1908

    <<...Combe(s) Théodore-Noël-Rémy, Desservant en 1907...>>

(d'après J.E. Malaussène page 303)
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

1908
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Une des trois figures du bas de la cloche.
L'IMMACULEE sur un socle portant des initiales entremélées.
(suite, voir photo suivante)

Haut de page

Inscription du bas de la cloche :
EUGENE BAUDOUIN FONDEUR
*
* Fonderie de cloches Baudouin établie dans le quartier de Saint-Pierre à Marseille, puis en 1833 sur le Cours Gouffé.
(fin de la description de la cloche n° 4)

Haut de page


Anciens moutons

Dans un coin du clocher, deux anciens moutons vraisemblablement des cloches 1 et 2
remplacées par la maison Bodet en 1996.
Ces moutons étaient l'oeuvre de Marcellin Allary, père de Joseph et grand-père de Frédéric.
Seule la cloche 3 a encore le mouton "Allary".

Haut de page


Les photographies

Toutes les photographies prises de l'extérieur du clocher ont été réalisées le 23 octobre 2012
avec un vieux pied d'appareil photo emmanché sur un vieux balai. Et avec l'aide du retardateur de 10 secondes.
Merci à la Mairie pour l'accès clocher et à Evelyne pour son aide précieuse.

Haut de page


Quelques photos du village depuis le clocher (7 photos)

Haut de page

Haut de page

Haut de page

Haut de page

Haut de page

Haut de page

Haut de page


Chapelle Saint-Bernardin (8 photos)
Confrérie des Pénitents blancs (Saint-Bernardin de Sienne)

Le clocher en tuiles vernissées de la chapelle Saint-Bernardin. (photo du 03/06/2012)

    <<...En 1816, Jacques Comète, maître-maçon de Vence, substitua le clocher actuel à l'ancien, jugé trop exigu et trop bas pour que l'ensemble des habitants pût ouïr le tintement de la cloche, "ce qui donnait lieu, malgré la bonne volonté et le zèle des frères, à manquer les saints offices"...>>

    <<...Encadastrée à la Révolution pour vingt cannes*, avec un revenu de trois livres, la chapelle fut mise en vente à titre de bien national et acquise par le citoyen Charles-François-Joseph Euzière.
Par acte du 6 messidor an VI (25 juin 1798), aux minutes du notaire Barrière, le citoyen Euzière la revendit aux citoyens Honoré Augier, Honoré Devot, Antoine Giraud et autres, qui l'acquirent avec les deniers de la Confrérie et dans l'idée de la rendre à sa destination première, ce qui advint en 1803...>>

(d'après J.E. Malaussène pages 310 et 311)

*  Canne : ancienne unité de mesure valant environ 1,70m ?

Haut de page

Détail. (photo du 08/06/2012)

Haut de page

Epigraphie sur trois lignes (2 en haut de la cloche et 2 en bas)
Ligne 1 : CONFRERIE DES PENITENS BLANCS TITULAIRE ST
Ligne 2 : BERNARDIN.
1832
Ligne 3 : J.N. B.TE. FONDEUR. A MARSEILLE.
Cette cloche d'une qualité médiocre, avec mauvais alignement des textes et faute d'orthographe (pénitents)
a été fondue par Jean-Baptiste (Baudoin).


Haut de page

Ligne 1 : CONFRERIE DES PENITENS BLANCS TITULAIRE ST
Ligne 2 : BERNARDIN.
Vierge couronnée à l'enfant portant un globe.

Photo du 24/6/2014 par Ugo Capozzoli à l'occasion de la Church'Line.


Haut de page

Ligne 1 : CONFRERIE DES PENITENS BLANCS TITULAIRE ST
Ligne 2 : BERNARDIN.
Ligne 3 :
J.N. B.TE.

Photo du 24/6/2014 par Ugo Capozzoli à l'occasion de la Church'Line.

Haut de page

Ligne 1 : CONFRERIE DES PENITENS BLANCS TITULAIRE ST
Christ en croix entouré de la date 1832
J.N. B.TE. FONDEUR. A MARSEILLE.

Photo du 24/6/2014 par Ugo Capozzoli à l'occasion de la Church'Line.

Haut de page


Ligne 1 : CONFRERIE DES PENITENS BLANCS TITULAIRE ST
1832
Ligne 3 :
J.N. B.TE. FONDEUR. A MARSEILLE.

Photo du 24/6/2014 par Ugo Capozzoli à l'occasion de la Church'Line.

Haut de page

Ligne 1 : CONFRERIE DES PENITENS BLANCS TITULAIRE ST

Photo du 24/6/2014 par Ugo Capozzoli à l'occasion de la Church'Line.
(fin de la description de la cloche de Saint-Bernardin)

Haut de page


Chapelle Saint-Jean-Baptiste (7 photos)
Confrérie des Pénitents noirs

    <<...L'édifice ne put être parachevé qu'en 1753 au moyen d'un emprunt souscrit à l'hospice. Depuis lors, il a subi diverses modifications. La plus récente comme la plus sérieuse, fut effectuée en 1864. Le clocher primitif, de forme carrée, menaçant ruine, dut être démoli et remplacé par l'actuel en briques rouges du style le plus simple...>>

(d'après J.E. Malaussène page 312)

Haut de page

SANCTE JOANNES BAPTISTA ORA PRO NOBIS (Saint Jean-Baptiste priez pour nous)
JOSEPH EUZIERE RECTEUR (le Z d'EUZIERE est à l'envers)
1818 MATTHÆUS ROSINA FECIT (Mattéo Rosina* l'a faite en 1818)
* L'atelier de la famille Rosina était Place Saint-François à Nice.
Le nouveau mouton a été fait par David Beltrando de Saint-Jeannet.

Haut de page

SANCTE JOANNES BAPTISTA ORA PRO NOBIS (Saint Jean-Baptiste priez pour nous)
Détail du haut de la cloche.

Haut de page

JOSEPH EUZIERE RECTEUR (le Z d'EUZIERE est à l'envers)
1818 MATTHÆUS ROSINA FECIT (Mattéo Rosina l'a faite en 1818)
Détail du bas de la cloche.

Haut de page

    

Ligne 1 : SANCTE JOANNES BAPTISTA ORA PRO NOBIS (Saint Jean-Baptiste priez pour nous)
Ligne 2 : JOSEPH EUZIERE RECTEUR
(le Z d'EUZIERE est à l'envers)
Ligne 3 : 1818 MATTHÆUS ROSINA FECIT (Mattéo Rosina l'a faite en 1818)
(photo du 20 octobre 2014)

Haut de page

Ligne 2 : JOSEPH EUZIERE* RECTEUR** (le Z d'EUZIERE est à l'envers)
Ligne 3 : 1818 MATTHÆUS ROSINA FECIT (Mattéo Rosina*** l'a faite en 1818)
(photo du 20 octobre 2014)

* Charles-François-Joseph Euzière

    <<...Les 16 et 25 nivôse an I (1794), à Saint-Paul-du-Var, eut lieu la vente par adjudication de moulins de la Cagne provenant des biens de l'émigré Joseph-César Villeneuve-Tourrette ci-devant baron de Saint-Jeannet : deux moulins à farine adjugés 9318 livres ; un moulin dit Le Plus Loin et un moulin dit Le Plus Bas adjugés 4354 livres ; un moulin dit le Neuf adjugé 2732 livres. Par une convention du 23 thermidor an II (août 1794), Charles-François-Joseph Euzière vendit à Frédéric Euzière les 2/5 de sa part sur les moulins de la Cagne. Par un acte sous seing privé de 1818 Charles-François-Joseph Euzière vendit à Frédéric Euzière pour 9000 F la moitié de ses deux moulins à farine et à huile de la Cagne...>>

(Le pays de Vence par François Cali Arthaud collection Pays pages 44 et 45)
Charles-François-Joseph Euzière a-t'il était recteur des Pénitents Noirs en 1818 ?

** Recteurs des Confréries

    <<... -Le Conseil désignait aussi tous les ans les recteurs de la confrérie ou luminaire du Corpus Domini, et à mesure des vacances produites par décès ou démission, les recteurs des autres luminaires de l'église paroissiale, ainsi que ceux de l'hôpital et du mont-de-piété...>>

(d'après J.E. Malaussène page 110)

*** Les Rosina

   <<... Dès 1913, Alexandre Barety avait levé le voile sur l'activité de cette famille d'origine piémontaise. Matteo Rosina de Locana, au nord de Turin près d'Ivrée, se serait établi à Nice à la fin du XVIIIe siècle...>>

(Alexandre Barety, "Enquête campanaire", in Nice Historique n° 1-2, janvier-février 1913 pp 56-58.)

    <<...Le recensement de la cloche de la chapelle des pénitents noirs à Saint-Jeannet, signée "Matthaeus Rosina" et datée 1818 prouverait qu'il a été le créateur de l'atelier de fonderie établi sur la place Saint-François, car nous ne pensons pas qu'à cette date il puisse s'agir de Mathieu, signalé par A. Barety, l'un des fils de Francesco, donc le frère de Giacomo (1799-1838), d'Antonius (1797-1830) et de Joseph...>>

(Luc Thevenon, "Cloches et fondeurs de Nice et du Comté", in Nice Historique n° 1-2, janvier-juin 2014 pp 79-80.)

Cette cloche serait donc la première fondue par l'atelier Rosina et la plus ancienne de Saint-Jeannet.

Haut de page

Sur cette photo, on distingue très bien  la fin d'ORA PRO NOBIS. (Ligne1)

(fin de la description de la cloche de Saint-Jean-Baptiste)
Cloche de la chapelle Saint-Jean-Baptiste (44")

Volée à Saint-Jean-Baptiste


Haut de page


Chapelle Notre-Dame des Champs ou Notre-Dame des Baous (11 photos)

La chapelle Notre-Dame des Champs. (photo du 31 juillet 2012)

Haut de page

Ancienne photo de la chapelle sans clocher. La croix est identique.
Cette photo est exposée dans la chapelle ; auteur et date inconnus.

Haut de page

Le clocher de la chapelle Notre-Dame des Champs. (photo du 1 août 2012)

Haut de page

Cloche de la chapelle Notre-Dame des Champs. (photo du 1 août 2012)
En haut de la cloche : rinceau de vigne.
Au dessous : figure de crucifixion.
Epigraphie sur deux lignes

Ligne 1 : JE CHANTE LES GLOIRES
Ligne 2 : DE LA MERE DE DIEU
nom de la cloche : "MARIE-RENEE"
Cloche offerte par Marie-Renée Charles-Alfred née Godin (1906-2000), épouse du docteur Maurice Charles-Alfred (1907-1988).
Le baptême de cette cloche a eu lieu le 10 mai 1960.

Haut de page

Cloche de la chapelle Notre-Dame des Champs. (photo du 31 juillet 2012)
En haut de la cloche : rinceau de vigne.
Figure : médaillon ; visage féminin
nom de la cloche : "
MARIE-RENEE"

Haut de page

La cloche est enlevée pour le remplacement du joug. (photo Alain Marcellin du 6 décembre 2012)

Haut de page

Détail de la couronne prise dans le nouveau joug. (photo Alain Marcellin du 6 décembre 2012)

Haut de page

Sur cette photo, on aperçoit les deux axes qui une fois mis dans leurs logements porteront le mouton.
(photo Alain Marcellin du 6 décembre 2012)

Haut de page

Un nouveau mouton est mis en place le 6 décembre 2012 ; le logement de l'axe est graissé. (photo du 6 décembre 2012)

Haut de page

Mr Beltrando David fait un dernier réglage. (photo du 6 décembre 2012)

Haut de page

Le nouveau mouton réalisé par Mr Beltrando David de Saint-Jeannet est en place le 6 décembre 2012.
Il ne reste plus qu'à fixer la corde pour pouvoir sonner.
(photo du 6 décembre 2012)
(fin de la description de la cloche de Notre-Dame des Champs)

 

Cloche de la chapelle Notre-Dame des Champs ou des Baous (21")

Volée à Notre-Dame


Haut de page


Chapelle Sainte-Pétronille (5 photos)

Chapelle Sainte-Pétronille ou Saint-Antoine (photo du 31/07/2012)

    <<... Au fronton de la porte, on devine plutôt qu'on ne lit ce distique composé et peint à la fresque par l'universel abbé Focachon* :
Confiance et respect à sainte Pétronille :
 Du céleste Portier elle est l'auguste fille.

    La cloche fut placée en 1844...>>

(d'après J.E. Malaussène page 315).
*
: Jean-Antoine Focachon vicaire de 1790 à 1791 et desservant de 1803 à 1849 ; décédé le 5 mars 1850 à 84 ans.

Haut de page

Le clocher de Sainte-Pétronille. (photo du 31/07/2012)

Haut de page

Dédicace :
PETRONILLE FRANCOISE MELANIE LAN 1844
(photo du 31/07/2012)

Haut de page

Dans le sceau, on peut lire :
Baudouin
* fondeur.
(photo du 31/07/2012)
* Fonderie de cloches Baudouin établie dans le quartier de Saint-Pierre à Marseille, puis en 1833 sur le Cours Gouffé.
(fin de la description de la cloche de Sainte-Pétronille)

Haut de page

Dans le sceau, on peut lire :
Baudouin
* fondeur.
(photo du 20/10/2014)

Cloche de la chapelle Sainte-Pétronille (14")

Volée à Sainte-Pétronille


Haut de page